Commentaires reçus suite à la parution de notre article sur le retour du loup.

"Le retour du loup, tout ce que l'on ne vous dit pas" à engendré énormément de commentaires sur les 3 sites où il a été publié. en voici quelques-uns.

 

  Marie josé THOUVENEL (dimanche, 24 février 2019 19:22)

Merci pour ce super témoignage, cette analyse que je partage totalement.

Le problème ce n'est pas le loup, qui fait partie de l'écosystème, qui joue un rôle de régulateur naturel, mais l'Homme qui s'approprie la nature au lieu d'être à son service et de la respecter. Le toujours plus a conduit à ce déséquilibre, des troupeaux de plus en plus énormes, menés aux estives par de moins en moins de bergers et de chiens pour les surveiller, d'où conflits de territoires!

Les bergers se plaignent mais sont soutenus pas l'État, l'Europe et manquent il me semble de pudeur ! Et devraient se remettre en question !
 

  #2

Jean-Pierre Lamic (lundi, 25 février 2019 07:11)

Merci Marie-José,
L'actualité nous montre aussi le rôle obscur mais terrible des politiques.
Derrière une ignorance du sujet évidente, ils ne réagissent qu'en termes de soumission à des électeurs ou lobbies.
Emmanuel Macron, dans une annonce faite ce matin illustre parfaitement ces propos.
Et ce sont les autres qui seraient des populistes?
 

  #3

Gargaud cathy (lundi, 25 février 2019 15:46)

Nous avons besoin des loups.
Stop à ces massacres de loups.
Ce n’est pas les loups le problème.
 

  #4

sarasin ruiz Eliane (mercredi, 27 février 2019 15:56)

Merci pour ce superbe témoignage qui rejoint un documentaire que j'avais vu qui comparait les mesures prises par les bergers italiens : les propriétaires de troupeaux embauchent plus de bergers avec des chiens et donc subissent moins de pertes de moutons que les Français qui ne sécurisent pas leurs troupeaux pour donner ce prétexte à massacrer les loups.

D'ailleurs, ce sont les loups italiens qui ont repeuplé naturellement le territoire français puisque les français avaient massacré tous les loups.
 

  #5

lasfargue (lundi, 01 avril 2019 17:03)
Tout est dit, mais tellement peu compris par beaucoup.

Il est tellement plus facile de "brosser dans le sens du poil" de futurs électeurs, sans rien comprendre à la problématique plutôt que de se demander pourquoi tous les pays qui nous entourent (Allemagne comprise) ont une vision toute autre.

Les "bobos" ne sont pas ceux que l'on veut désigner mais bien nos gouvernants.
 

  #6

Baby (mercredi, 19 juin 2019 10:47)

Moi je pense comme tous les éleveurs qui gardent bien leurs animaux.
Mais ceux qui veulent des loups, et bien qu'ils les gardent en forêt ou qu'ils les clôturent.
Pourquoi toujours lancer la pierre aux éleveurs.
En Italie un éleveur sur trois change de métier, terres en friche.

Après incendie !

Le loup c'est bien quand on vit dans des clapiers à lapins en ville. Leur place c'est dans les zoo.
 

  #7

Jean-Pierre Lamic (samedi, 13 juillet 2019 07:16)

Monsieur (ou madame) Baby, J'ai effectué récemment une reconnaissance dans les Monges avec une accompagnatrice en montagne.

L'ONF, associée avec des villages en déshérence, a créé des circuits pour tenter de les faire revivre.
Tout du long du parcours, les personnes croisées nous parlaient, sans que l'on n'oriente le sujet sur ce point, des chiens de protection des troupeaux.

À un endroit, on nous a même parlé de 8 patous pour un seul troupeau..., dans un espace que l'itinéraire traverse...

Mon amie a décidé de renoncer à guider ces circuits, perdant ainsi 8 jours de travail, qui ne rembourseront pas les frais occasionnés par cette reconnaissance.

Certains territoires devront choisir entre des pratiques d'élevage inadaptées aux conditions naturelles, un développement économique lié au tourisme, notamment à la randonnée et à la pratique du VTT.

Quand vous aurez travaillé 35 ans sur les montagnes, déserts, et mers du monde, comme je l'ai fait, vous pourrez me donner des leçons sur un mode de vie lié au respect de notre planète et des hommes qui tentent d'y survivre...
 

  #8

Michelle Viou (jeudi, 01 août 2019 20:36)

MERCI !
Je ne veux pas vivre dans une nature où le Sauvage a été éradiqué !
Je veux des loups, des Lynx, des ours, des requins, des serpents, même si, pour qu'ils vivent je doive respecter LEUR territoire et ne pas m'y engager !
Je veux vivre en sachant qu'ils existent, qu'ils vivent en harmonie sur leur territoire !
Il faut OBLIGER, les chasseurs, les tueurs, les exploitants de toutes sortes qui vivent sur ces territoires à respecter les animaux sauvages ! Légiférer ne suffit pas ! ACTION !
 

  #9

Delage (lundi, 12 août 2019 21:53)

Une nature riche où chacun a sa place serait il une Utopie?
Avec une démographie galopante avec un système où là richesse fondamentale est l’apanage des pauvres et où le pouvoir est dans les cerveaux des décideurs fondamentalement improductifs qui s’enrichissent ou vivent aisément sans vergogne.
Pour moi oui et au travers du loup on voit combien il est compliqué de ménager la chèvre et le loup.
De la sagesse, du calme et du dialogue mais aussi ensuite de la fermeté lorsque du dialogue découle la ,les solutions prisent par le législateurs. La planète s’epuise Et dans cet épuisement de la violence générée par un système de consommation ultra médiatisé.
Le loup oui en anastomose avec ceux qui vivent dans le même milieu et sans surcoût ...
 

  #10

Jean-Pierre LAMIC (samedi, 07 septembre 2019 12:33)

Ces commentaires sont ouverts aux personnes qui ont des arguments valables, qu'ils soient pro ou anti, bien que nous devrions tous être pour la vie, que notre société est en train de détruire partout sur la planète.

Les commentaires injurieux, imbéciles, discourtois, sans fondement, ni scientifique, ni argumenté, seront et sont supprimés. Ce site est un site sérieux, basé sur des arguments scientifiques et 25 ans d'observations de terrain...

Pendant ce temps, le massacre du loup continue... 83 loups tués en 2019, déjà. Près de 20%, sans compter ceux que l'on enterre au fond du jardin (10 pour un seul éleveur des Alpes du Sud, ni ceux qui meurent sous les roues des voitures...

Plus de 20% des loups présents en France!

Ose-t-on encore appeler le loup une espèce protégée?

Ces méthodes sont voulues, et occasionnent la déstructuration des meutes...

En affamant les loups, on génère plus d'attaques de brebis, plus de brebis tuées par attaque...
À ceux qui n'ont pas encore compris : Ce qu'une minorité veut, c'est éradiquer le loup... Et tout est fait pour...
 

  #11

Aurelie (dimanche, 06 octobre 2019 17:08)

Bravo pour ce site qui exprime d une part la volonté affichée des gouvernants et éleveurs d éradiquer une espèce menacée, en mettant en place divers stratagèmes destines a trouver des excuses pour justifier leurs crimes.

Les uns agissant pour se faire facilement rembourser des animaux souvent morts autrement que sous les crocs des loups, les autres agissant a des fins politiques et/ou d enrichissement . Enfin ici la voix des randonneurs, promeneurs, vététiste est entendue !

Car oui, il fait souvent renoncer a cause d un chien de berger (nous avons subis une attaque très effrayante, mais sans morsure, il y a dix jour dans le Verdon, au pied du village en ruine du vieux Moustier, a 3km de La Palud...

Et aucun éleveur pour venir calmer ses monstres très agressifs !

D’ailleurs combien de troupeaux avons nous vu laisser sans bergers, et souvent aussi sans chien...comme si les moutons étaient laissés en appâts...

Pour info, j ai peur du loup ( c’est comme ca, ca ne se contrôle pas la peur), mais je ne pense pas que sa place soit dans un zoo et je pense aussi que si l on désorganise les meutes avec des prélèvements (tueries) aveugles, qui visent donc aussi les loups dominants, cela peut entrainer des problèmes de cohésion et donc de discipline en quelque sorte, au sein de la meute, qui sera alors plus encline a quitter les zones sauvages pour se rapprocher des troupeaux...

La nature doit être partagée entre tous : animaux, éleveurs, randonneurs et même avec ceux qui vivraient dans des clapiers à lapins (les villes), selon un commentaire d un autre lecteur.

Merci pour ce site.